Lauréats des prix Pinocchio 2011: Société Générale, Vinci et Terreos

Les résultats des 4ème prix Pinocchio du développement durable, qui « récompensent » les entreprises coupables de greenwashing, ont été dévoilés le 17 novembre dernier à Saint Ouen par l’association Les Amis de le Terre en partenariat avec le CRID. Cette année, les grands gagnants sont la Société Générale, Vinci et Terreos. Ils ont été élus grâce aux votes de plus de 13 000 internautes.

•Lauréats de la catégorie « Une pour tous, tout pour moi ! »

Terreos remporte 42% des suffrages pour cette catégorie, pour sa production de biocarburants au Mozambique.

L’entreprise agroalimentaire française a un accord avec le Mozambique qui lui permet de détourner des millions d’hectares initialement utilisés pour la production alimentaire, afin d’en faire des monocultures destinées à la production d’agrocarburants. Et ceci au détriment de la population locale, dont 70% vit en dessous du seuil de pauvreté et qui souffre déjà énormément de la faim. En échange, Terreos enregistre 194 millions d’Euros de profit.

C’est Sime Darby qui arrive en deuxième position avec 35% des votes et ses acquisitions de plantations pour la production d’huile de palme au Liberia. Et la bluecar de Bolloré a remporté 23% des suffrages, pour l’exploitation du lithium de sa nouvelle batterie et ses conséquences sur les nappes phréatiques dans les pays du Sud.
•Lauréats de la catégorie « Plus vert que vert »

C’est Vinci qui remporte le prix, avec 43% des votes. C’est son projet de construction d’un nouvel aéroport dans la région de Nantes qui est à l’origine de cette récompense.

En effet, la construction de cet aéroport provoquerait la destruction de 2 000 hectares de terres fertiles ainsi qu’un bocage écologique. Pour apaiser la colère des agriculteurs, Vinci leur propose la création d’un observatoire agricole, d’une ferme de dégustation de leurs produits en face des parkings et la mise en place d’une AMAP (association pour le maintien de l’agriculture paysanne).

Vinci est aussi récompensé pour son projet d’autoroute traversant la forêt de Khimki en Russie, vers Moscou.

Veolia Eau reçoit 37% des votes et atteint la seconde marche du podium pour la pollution de trois cours d’eau suite à la fermeture de la station d’épuration de Bruxelles, malgré sa charte développement durable. Et l’observatoire du Hors Média arrive à la troisième place avec 20% des votes, pour sa campagne sur les vertus des prospectus papier.
•Lauréats de la catégorie « Mains sales, poches pleines ! »

Enfin, c’est la Société Générale qui remporte le prix de cette catégorie avec 46% des votes, pour le financement de la construction du réacteur nucléaire Angra 3 au Brésil, mené par Areva.

La construction d’un réacteur nucléaire dans ce secteur ne répond pas aux exigences de sécurité puisque l’évacuation en cas d’incident est quasiment impossible, selon Les Amis de la Terre. En effet, la route principale est souvent bloquée par des éboulements ou glissements de terrain, et la construction n’a pas été approuvée par le congrès brésilien.

On peut ajouter que la Société Générale est aussi pressentie pour le financement de la centrale de Jaitapur en Inde, qui se situe à l’intersection de trois plaques tectoniques.

A la seconde place, on retrouve Perenco avec 29% des votes pour son trafic d’influence au Guatemala en vue de l’exploitation de puits de pétrole au détriment des populations locales. Et à la troisième place, Toreador remporte 25% des voix pour son exploitation d’huiles de schiste dans le bassin parisien.
•Prix Pinocchio d’honneur

Total a reçu un prix Pinocchio d’honneur pour l’ensemble de ses actions.

Ce sont surtout pour ses activités d’extraction de sables bitumineux au Canada, d’exploitation de pétrole au Nigeria ou ses permis d’exploitation de gaz de shiste aux Etats-Unis que l’entreprise est mise en cause. Selon Romain Porcheron, chargé de la campagne sur la responsabilité sociétale et environnementale des entreprises aux Amis de la Terre : « Malgré les nombreux avertissements de la société civile, Total poursuit dans la voie des énergies fossiles néfastes pour l’environnement et la santé ».
•Avis Sequovia

Les prix Pinocchio permettent de dévoiler les agissements d’entreprises qui, grâce à leurs budgets de communication plus que conséquents réussissent à obtenir des retombées positives en termes d’image auprès de leurs parties prenantes. Leurs activités ont pourtant des impacts néfastes sur l’environnement notamment, mais aussi sur les populations et en particulier dans les pays du Sud.

Les prix Pinocchio sont de plus en plus médiatisés, on peut donc espérer que cela fera réagir ces entreprises et les incitera à être plus vigilantes en ce qui concerne leurs agissements. Cela devrait aussi permettre aux citoyens de prendre conscience du décalage entre le discours des entreprises et leurs agissements réels.